Es war ein wunderlicher krieg
Es war ein wunderlicher krieg
Huile sur toile, 65 cm x 81 cm
Paris, janvier1973

Es war ein wunderlicher krieg

Le titre donné au tableau est le premier vers de la 5e strophe de la cantate BWV n°4 de Jean-Sebastien Bach « Christ Lag in Todes Banden » (Le Christ gisait dans les liens de la mort). Le musicien y célèbre la victoire de la vie sur la mort au cours d’une guerre étrange. Bach a repris un texte écrit par Martin Luther en 1524.

Le peintre-soldat, inspiré par l’œuvre musicale, reproduit sur la toile la scène de guerre, sa guerre, il peint le combat au corps à corps des forces du bien – formes bleues – contre celles du mal – noires – au milieu des flammes vermillon.

Le texte de la 5e strophe de la cantate est le suivant :

Es war ein wunderlicher Krieg,
Da Tod und Leben rungen,
Das Leben behielt den Sieg,
Es hat den Tod verschlungen.
Die Schrift hat verkündigt das,
Wie ein Tod den andern fraß,
Ein Spott aus dem Tod ist worden.
Halleluja!

Ce fut une étrange guerre
Qui opposa la mort à la vie,
La vie a remporté la victoire,
Elle a anéanti la mort.
L’écriture a annoncé
Comment une mort supprima l’autre,
La mort est devenue une dérision.
Alléluia !

Pour écouter Es war ein wunderlicher Krieg