Et la peinture ?

Elle m’apparut comme le moyen justement de dire ces « choses importantes » dont nous ne pouvions parler. Ces choses ne peuvent être exprimées en langage clair. Elles sont proprement indicibles. Elles deviennent floues et finissent par s’évanouir à l’analyse.

On ne peut les évoquer que par allusion.

Oranges et bananes
Oranges et bananes
54 cm × 65 cm
Paris
La nuit des sens
La nuit des sens
65 cm × 92 cm
Nice 1952
La promesse des fleurs
La promesse des fleurs
73 cm × 92 cm
La nuit du 14 au 15 août
La nuit du 14 au 15 août
46 cm × 55 cm
Rotheneuf 1972

Voir la sélection

Zénon ! Cruel Zénon ! Zénon d’Élée !
Zénon ! Cruel Zénon ! Zénon d’Élée !
Huile sur toile, 93 cm x 65 cm
Franval, Août 1975

Zénon ! Cruel Zénon ! Zénon d’Élée !

Zénon ! Cruel Zénon ! Zénon d’Élée !
M’as-tu percé de cette flèche ailée
Qui vibre, vole, et qui ne vole pas !
Le son m’enfante et la flèche me tue !
Ah ! le soleil… Quelle ombre de tortue
Pour l’âme, Achille immobile à grands pas !
Non, non !… Debout ! Dans l’ère successive !
Brisez, mon corps, cette forme pensive !
Buvez, mon sein, la naissance du vent !
Une fraîcheur, de la mer exhalée,
Me rend mon âme… Ô puissance salée !
Courons à l’onde en rejaillir vivant.

(Paul Valéry, Cimetière marin)

Voir la rétrospective